"Make our planet great again" à Villefranche : une fenêtre sur l'avenir.

Publié par Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer Membre du Réseau Culture Science PACA, le 6 février 2018   440

Xl oov424 gal riens c t  mer72px

Suite à l'appel à candidature "Make our planet great again" lancé par le Président de la République Emmanuel Macron, à destination de scientifiques mécontents oeuvrant dans le domaine du climat et du changement climatique, aux Etats-Unis notamment (13 scientifiques sur les 18 retenus proviennent de ce pays), une biologiste en sciences marines, Nuria Teixido, en poste à la station  zoologique Anton Dohrn à Naples, actuellement invitée à Stanford University, intègrera l'Observatoire de Villefranche-sur-Mer dans le groupe de Jean-Pierre Gattuso (Laboratoire d'Océanographie, LOV) au titre de ses recherches sur l'acidification des océans.

Sorbonne Universités a également consacré un sujet à cet événement dans sa rubrique actualités du 2 février.

Jean-Pierre Gattuso, interrogé à cette occasion, a évoqué les conditions financières de mise en place de cet accueil et le rôle qu'aura Nuria Teixido sur la question de l’impact du changement climatique sur les écosystèmes marins méditerranéens. Il s'agit de procéder à des études comparatives des milieux aquatiques au large de la côte d’Azur, et avec ceux entourant l’île d’Ischia située dans la baie de Naples.

Jean-Pierre Gattuso relève l'importance de ce site napolitain en tant que « fenêtre sur le futur ». Il explique que,  « soumis à l’activité du Vésuve, il y a donc des sources de CO2 autour de l’île, cela acidifie l’eau de mer de cette zone, donnant ainsi un aperçu de ce que pourrait devenir la mer Méditerranée si l’acidification due à l’activité anthropique, devait se poursuivre ».