Communauté

Sciences en vidéo

Panique et systèmes d'alerte - Vidéo EchoScientifique #9

Publié par EchoSciences Provence-Alpes-Côte d'Azur, le 18 mai 2020   1.6k

Xl visuel miniature yt pour rencontre es3

EchoSciences Provence-Alpes-Côte d'Azur & PlayAzur présentent : La saison 2 des vidéos EchoScientifiques !

Ces vidéos sont issues d'une rencontre entre vidéastes vulgarisateur·trice·s et chercheur·e·s de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Johnny Douvinet est maître de conférences (enseignant-chercheur) à Avignon Université. Il travaille sur l’innovation et les outils numériques à l’épreuve des risques au laboratoire Étude des Structures et des Processus d’Adaptation et des Changements de l’Espace (ESPACE - Avignon Université/CNRS/Aix-Marseille Université/Université Côte d'Azur). Il échange avec Mehdi Moussaïd de la chaîne Fouloscopie pour réaliser cette troisième vidéo de la saison 2 :



Comment se propage la panique ? À découvrir en 13min avec Fouloscopie :

Une rencontre EchoScientifique pour approfondir les recherches de Johnny Douvinet et explorer les systèmes d'alerte :

Dans la description de sa vidéo, Fouloscopie nous offre quelques précisions :

- Il faut noter que le terme de “panique” n’est utilisé en science qu’à de rares occasions. En effet, pour la plupart des mouvements de foule, les individus ne présentent pas de symptômes de panique au sens clinique du terme. Pendant une bousculade ou un mouvement de foule, comme à La Mecque ou lors de l’accident de la Love Parade en Allemagne, les gens ne sont généralement pas “paniqués”. De même, l’expression “achat panique”, est un abus de langage : Il n’y a en réalité qu’une toute petite minorité d’individus qui présentent effectivement des symptômes de “panique” les autres ne font que s’adapter à la situation de manière plutôt rationnelle. L’expression de “panique collective” peut toutefois s’appliquer aux exemples que je cite en début de vidéo (sur la place de la République, à Turin, Toronto ou à Nice) car la fuite des individus s’apparente effectivement à une forme de peur incontrôlée. Mais d’une manière générale, retenez que “la panique” est un mot qu’il faut utiliser avec précaution.

- Ne confondez pas le “taux de transmission” et le R0 qu’on voit souvent en ce moment dans les médias. Le taux de transmission, comme je le dis dans la vidéo, désigne la probabilité qu’un comportement (ou un virus) se propage d’une personne à une autre lors d’un contact. Le R0 est un indicateur un peu différent qui mesure le nombre de personne qui vont être infectées par un malade: R0 = taux de transmission x la fréquence de contacts x la durée de la phase contagieuse. Merci à Thibault Fiolet pour ses éclaircissements là-dessus. N’hésitez pas d’ailleurs à aller voir sa vidéo sur la modélisation en épidémiologie

- J’aime bien m’amuser à developper des modèles mais n’oubliez pas une chose essentielle : un modèle, ce n’est pas *exactement* la réalité ! D’une part, il y a énormément de simplification. L’idée est d’essayer d’isoler un mécanisme mais il y a beaucoup de facteurs susceptibles de modifier le résultat. D’autre part, le modèle nécessite des paramètres (comme le taux de transmission) et on peut modifier le resultat final en changeant ces paramètres. Le modèle ne donne donc qu’une vision de ce qui est possible, en théorie. Il doit être validé par des données expérimentales pour pouvoir en tirer des conclusions solides.


Infos + :

- la page de l'UMR ESPACE consacrée à l'axe de recherche de Johnny Douvinet
- la page du pôle Communication recherche, médiation et diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle d'Avignon Université
- le site de l'UMR ESPACE 

Sources :

- la bibliographie de Mehdi dans la description vidéo sur YouTube




<< Vidéo EchoScientifique #8   Vidéo EchoScientifique #10 >>



Programme financé par la coordination régionale pour la culture scientifique technique et industrielle (Délégation régionale à la Recherche et à la Technologie PACA/Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur), en partenariat avec le Centre National du Cinéma et de l'image animée. Ces deux vidéos sont co-financées par Avignon Université.
Gulliver et PlayAzur coordonnent le programme.