REVUE ALLIAGE - Culture Science Technique - Numéro 2, 1989

Publié par Revue Alliage, le 13 octobre 2019   370

Xl page 64

Le plus court chemin d'un point à un autre passe par la ligne droite d'une courbe

Numéro étonnant que ce deuxième opus de la revue Alliage. Le lecteur le devinera à la seule lecture du sommaire en fin de cet article. Mais c'est dans le détail des textes et illustrations qu'il y découvrira les étonnantes et enrichissantes connexions entre sciences, arts, littérature (et poésie), culture scientifique, etc. Et évidemment en feuilletant la version numérique ici localisée : ALLIAGE 2

Et nous sommes sur echosciences-paca: les observatoires de Saint Michel et de Nice sont à l'honneur dans ce numéro via les poèmes, illustrations et écrits d'André Verdet présents dans l'article Les Cosmogonies d'André Verdet (pp. 67-78) écrit par René Préda, alors professeur à l'Université de Grenoble en Sciences de l'Information et de la Communication (science quasi-naissante à l'époque) et critique de cinéma. Ce dernier écrit par exemple: "Après Verdet orphique et métaphysicien, le troubadour du ciel provençal apparaît en 1965 avec un poème à tonalités médiévales composé sur des sérigraphies d'Arman et dont les originaux ornent aujourd'hui le hall d'honneur de l'Observatoire de Nice. Verdet écrit son texte après un séjour auprès des superbes coupoles d'observation de Saint Michel situées près de Forcalquier dans un site qui inspira aussi Bernard Buffet en 1946/48"

Les Ciels de Provence et le Soleil, André Vernet, 1960

Cette étoile aima
Si fort la lumière
Qu'elle s'épuisa sans compter
En folles ardences
Elle mourut jeune d'un coup en pleine gloire solaire
Sans connaître d'avanies
Ni chuter dans l'abîme
D'une sombre attraction

Poème d'André Vernet (extrait), page 77

Et la culture scientifique est aussi à l'honneur, comme critiquée sur son plan institutionnel de l'époque, dans l'article Un usager furtif de la vulgarisation scientifique: l'Etat  (pp. 19-29) de Georges Waysand, alors physicien au Groupe de Physique des Solides de l'Université Paris 7. Un extrait là aussi:

La production de connaissances nouvelles serait inconcevable sans échanges avec le reste de la société, même dans des domaines qui peuvent apparaître très formels ou très éloignés de l'expérience commune. Pas besoin pour admettre cela de se réclamer d'un anarchisme épistémologique à la Feyerabend (p. 20).

Feyerabend... Incontournable référence en épistémologie, son ouvrage Contre la méthode (Seuil, 1979) est en 1989 traduit en chinois mais il doute lui-même de sa sortie en Chine, dans un court article qu'il intitule d'ailleurs Préface chinoise illustré dune calligraphie originale de David Fujitsang...

Bonne découverte à tous de ce numéro étonnant d'Alliage, et évidemment de toute la partie consacrée à Albert Einstein intitulée EINSTEINIANA, et en particulier l'article de Roland Barthes Le cerveau d'Einstein (pp. 43-44) où il écrit:

Le cerveau d'Einstein est un objet mythique: paradoxalement, la plus grande intelligence forme l'image de la mécanique la mieux perfectionnée, l'homme trop puissant est séparé de la psychologie, introduit
dans un monde de robots ; on sait que dans les romans d'anticipation, les surhommes ont toujours quelque chose de réifié. Einstein aussi: on l'exprime communément par son cerveau, organe anthologique, véritable pièce de musée.

SOMMAIRE:

Lire le numéro ALLIAGE 2


Sur Echosciences Provence-Alpes-Côte d'Azur, retrouvez les numéros d'Alliage dans ce dossier.