« Un système d’apprentissage hyper stimulant » : rencontre avec Fabien, étudiant aux Pays-Bas

Publié par Laetitia Guenzi, le 17 mars 2021   460

Fabien DIAZ, étudiant Epitech promotion 2021 (Nice), a posé ses bagages aux Pays-Bas il y a un an, dans le cadre de sa quatrième année. Amoureux de la vie néerlandaise, notre jeune azuréen de 22 ans se lance dans la création d’une start–up, en collaboration avec son entreprise de part-time.

Retour sur expérience à Epitech.

A 8 ans, notre jeune niçois quitte la France et part vivre en Colombie avec sa famille. Il y suivra une scolarité française et c’est au Lycée Français Louis–Pasteurde Bogota qu’il entendra parler pour la première fois de notre école, Epitech.

"Au lycée j’ai pris la spécialité I.N.S et me décide à partir dans l’informatique. Plus jeune, j’étais surtout un gamer mais je ne voulais pas forcément intégrer ce milieu."

Le hasard de la vie fait qu’il échangea avec un Alumni Epitech au sein de son lycée. Ils évoquent ensemble et en détail le Programme Grande École, mais également les points forts de l’établissement, dont sa pédagogie active par projets. Fabien adhère rapidement à cet enseignement. Il a le goût pour l’algorithmie, aime toucher à tout et surtout être challengé. Il prend contact avec le campus de Nice durant sa Terminale.

De retour en France à l’été 2016 et suite à une ultime rencontre avec les équipes azuréennes, Fabien candidate et est admis dans la promotion 2021.

"Je me souviens, en première année, avoir demandé de l’aide à un étudiant de troisième année, pour un programme simple et j’avais été impressionné par son niveau. J’avais qu’une hâte, être à sa place. Maintenant je suis en cinquième année !"

Nos élèves sont parfois impressionnés par leur niveau technique et les compétences acquises durant leur premier cycle Epitech. Fabien admet que la formation n’a pas été facile, mais le jeu en vaut la chandelle. « Les rencontres réalisées sont solides et des très beaux liens d’amitié se créent. Il en est de même pour la créativité, tout devient possible et on nous encourage », nous confie-t-il. Si l’une des plus belles expériences de Fabien reste la création et mise en ligne de son propre jeu vidéo « Bob », il s’épanouit aujourd’hui différemment grâce à sa quatrième année.

L’ambition internationale avec Epitech.

L’université de La Haye aux Pays-Bas était son premier choix. Il nous avoue s’être focalisé sur la pédagogie plus que sur la destination en elle-même. En effet, l’établissement néerlandais propose un programme basé sur le design, permettant aux spécialités informatiques de garder une part de technologie tout en l’orientant vers le design et le marketing.

"On gardait la pédagogie par projets et on avait également des cours sur comment créer une start-up. J’avais déjà l’idée d’en développer une, j’étais proche de la France et il n’y avait aucune barrière au niveau de la langue. C’était l’université rêvée pour moi."

Tombé rapidement amoureux du pays, Fabien pose sérieusement ses bagages et cherche un part-time (rythme alterné) pour financer sa cinquième année et stabiliser sa situation. La multiculturalité du pays, son accessibilité et son environnement général lui ont ouvert de nombreuses opportunités. En mars 2020, il intègre REBELS, une jeune start-up qui emploie une trentaine de salariés et dont le siège se trouve à Amsterdam. La société se développe assez bien et embauche.

"C’est la meilleure entreprise que j’ai connue en tant qu’étudiant ! J’ai une confiance de la part de ma direction sur la réalisation des projets. J’ai d’ailleurs plusieurs projets et clients en même temps et je peux oser prendre des risques. J’utilise parfois des nouveaux outils ou technologies pour satisfaire les demandes des clients. Je suis toujours dans ce système d’apprentissage et c’est hyper stimulant."

Spécialisée dans la réalisation de sites web, applications mobiles et serveurs en prestation pour du BtoB, l’entreprise REBELS ne s’arrête pas là et accroit son activité en collaborant avec ses salariés. La société leur permet un « temps pour soi » un jour par semaine. Une journée dédiée à l’apprentissage de nouvelles compétences ou savoir-faire, leur permettant de sortir de leur zone de confort. Notre jeune niçois profitera de cette opportunité pour développer sa start-up.

Soutenu par sa société dans la création de son projet entrepreneurial, Fabien découvre une autre facette du milieu professionnel. Il nous confie : « j’ai proposé à ma société de travailler en tant que développeur Back–End, un domaine que je ne maîtrisais pas et qui était essentiel pour ma start-up. C’est une compétence supplémentaire pour répondre aux clients et ils ont dit oui ! ». REBELS aime la prise d’initiative de ses employés et n’a pas peur de la concurrence si elle est dans une démarche d’innovation.

Une idée, une start-up.

C’est lors d’un voyage en train, entre la France et les Pays-Bas, que vient l’idée de Plainshare. Un ami partageant son trajet lui soumet ce projet ambitieux. Ils en profiteront pour conceptualiser et donner un socle solide à une idée de plateforme d’échanges. Fabien se lancera sur ce projet avec Nataliya Vegera, une amie à lui qui ajoutera des compétences esthétiques au projet. C’est la complémentarité des amis qui donnera une dimension internationale au projet, tant par leurs origines que par leurs techniques et domaines professionnels.

En effet, Fabien (franco-colombien) est un développeur et Nataliya (roumaine & néerlandaise) apporte quant à elle la touche esthétique au projet. Ensemble ils développeront leur équipe avec de nouveaux membres et lanceront leur start-up.

Qu’est-ce que Plainshare ? Votre temps est plus que de l’argent. Vous n’êtes pas sûr de ce que vous gagnez. Sur Plainshare, nous croyons au partage. Une plateforme où les gens échangent leurs compétences, interagissent les uns avec les autres et établissent des liens significatifs. Suivez-nous et rendons cela réel !