Evaluation du réseau Bio-Argo : étude d'un cas test en Mer Méditerranée

Lg breve prony fig1

L’évaluation de futurs réseaux d’observations biogéochimiques a fait l’objet d’un premier projet soutenu par le GMMC en 2013, qui a permis de synthétiser les différentes métriques utilisées par la communauté scientifique française. La présente proposition s’appuie sur cette synthèse pour étudier en détails la performance de réseaux d’observations in-situ nouvellement mis en place avec l’avènement récent d’une composante biogéochimique au réseau mondial de flotteurs profileurs Argo : le programme BioArgo. Le plan de recherche pour l’évaluation de sa composante méditerranéenne se dérive suivant deux axes. Un premier volet s’appuie sur l’observation spatiale afin d’affiner les diagnostics de comparaison avec l’observation in-situ et d’offrir une meilleure contextualisation des données collectées par le réseau, notamment quantifier l’influence de processus de moyenne échelle. Le second volet s’appuie sur des expériences numériques utilisant les simulations de modèles couplés physique-biogéochimique sur l’emprise de la Mer Méditerranée afin de revisiter, sous forme d’études de sensibilité, les recommandations et les métriques de comparaison proposées dans un premier temps à partir de l’observation spatiale. De ces deux aspects, il en découlera des résultats intéressants dans l’utilisation conjointe de produits opérationnels (modèles de prévision, produits satellitaires) qui pourraient, s’ils sont jugés pertinents, être utilisés à l’échelle globale ou dans d’autres contextes que celui méditerranéen. Les résultats obtenus pour le réseau pilote BioArgoMed pourront dans une large mesure être transposés à la mise en place du réseau global BioArgo ou dans l’application à d’autres régions océaniques.

Projet terminé
Sur Océanologie
http://www.insu.cnrs.fr/