De la controverse des jeux vidéo

Publié par Médiathèque intercommunale Istres Ouest Provence, le 28 juin 2019   130

Xl manettes

Le jeu vidéo ne date pas d'hier : à la fin des années 50, le premier jeu apparaît, suivi dix ans plus tard de la première console de salon. Il faut attendre 1986 pour que le jeu devienne portable avec la célèbre Game Boy de Nintendo. Si les graphismes et la résolution sont encore modestes, déjà les premières accusations apparaissent. Les années 90 voient la multiplication des jeux et des univers dont certains, violents, ne manquent pas de rencontrer la critique de parents qui ont peur de ce qu'ils ne (re)connaissent pas et y voient des causes d'échec scolaire, d'abrutissement, d'isolement social, d'épilepsie voire même d'obésité. Une inquiétude partagée par nombre de professionnels de santé, comme ceux de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui proposent que soit reconnue, médicalement parlant, la notion de trouble du jeu vidéo. Une position qui, à l'heure où le jeu connaît de grands progrès en matière de développement technologique (3D et réalité augmentée) et regroupe des millions de joueurs à travers le monde, affirme cependant que le phénomène d'addiction reste très marginal, touchant peu de joueurs.

À consommation modérée donc, le jeu vidéo n'est pas nocif et peut même être vertueux. Loin des clichés qui leur collent aux manettes, voici quelques études qui le prouvent.

Pour faire le point sur cette question, la médiathèque intercommunale Istres Ouest Provence vous propose de parcourir ce dossier documentaire.