PLATO : à la recherche de systèmes planétaires semblables au nôtre...

Publié par OSU Institut Pythéas Membre du Réseau Culture Science PACA, le 3 juillet 2017   710

Xl bpc plato

La mission PLATO (Planetary Transits and Oscillations of stars) vient d’être approuvée par l’Agence Spatiale Européenne (ESA), ouvrant la voie à la construction de ce satellite qui sera lancé vers 2025. Placé en orbite à 1,5 million de kilomètres de la Terre pendant six ans, PLATO doit découvrir des planètes susceptibles d’abriter la vie. Des équipes du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM – OSU Pythéas/CNRS – AMU) sont particulièrement impliquées dans ce projet.

PLATO va détecter des planètes autour d’étoiles proches et déterminer leur nature précise, en particulier s’il s’agit bien d’une planète rocheuse. La découverte de planètes rocheuses dans la zone habitable d’étoiles similaires au Soleil, à une distance de leur étoile où l’eau, si elle existe, peut être à l’état liquide, marquerait un jalon dans la quête de la recherche de la vie ailleurs que sur notre planète. On appelle ce type de planètes "Super Terres". 

Pour cette détection, la méthode utilisée est celle des transits. On recherche les signes du passage d’une planète devant le disque de son étoile à partir de variations de lumière périodiques de quelques 1/10000èmes.

Dans cette quête, les chercheurs du LAM sont présents sur tous les fronts. Avant le lancement, ils vont développer les logiciels de détection des transits et de caractérisation des systèmes planétaires et mettre au point les procédures de tri dans les exoplanètes détectées. Après le lancement, les équipes du LAM impliquées dans PLATO participeront  aux observations complémentaires dans la caractérisation des systèmes exoplanétaires.

Lire le communiqué de presse complet sur PLATO