Un archipel volcanique pour comprendre le métamorphisme des chondrites carbonées

Publié par C. Nicolas-Cabane pour Géoazur "Membre du Réseau Culture Science PACA", le 6 juillet 2020   68

Xl ebeko at rdfrwiikimedia

Et si les clés du métamorphisme des chondrites carbonées se trouvaient … sur les îles Kouriles au sud du Kamchatka ?

Comprendre la formation et l'évolution des astéroïdes qui peuplent la ceinture principale d'astéroïdes est un problème crucial en science de l’Univers ; ces objets sont considérés comme les briques élémentaires de la formation de notre système planétaire. L’étude des météorites, notamment des chondrites carbonées considérées comme des fragments rocheux de ces corps originels, s’est révélée être l’approche la plus pertinente.

Il est en effet admis que les corps parents des chondrites carbonées se sont formés par accrétion de composants primitifs du disque protoplanétaire : grains pré-solaires, inclusions réfractaires riches en calcium-aluminium, chondres, métal, glace, etc, au cours des 10 premiers millions d’années de notre système solaire.  Il est généralement admis que les chondrites carbonées ont été affectées par une altération aqueuse de relativement basse température (<200°C) sur l’embryon planétaire sur lequels elles ont été formées.

Deux chercheurs de Université Côte d’Azur (UCA) proposent une toute autre hypothèse : ces météorites montrent des analogies frappantes avec des roches percolées par des fumeroles extrêmement chaudes du volcan Kudryavy de l’archipel des Kuriles (Russie).

Figure : on observe les mêmes types de minéralisation secondaire dans les roches fumeroliennes du Kamchatka (à gauche) et dans les chondrites de type CV (à droite), comme par exemple des cavités partiellement remplies de grenat et pyroxène calco-ferreux (respectivement andradite et hedenbergite) (a et b), des veines parcourant la matrice remplies d’hedenbergite (c et d) ou encore des grenat (andradite) presque automorphes, isolés dans la matrice et associés à des pyroxènes calco-magnésio-ferreux (diopside-hedenbergite) (e et f).

Les travaux publiés le 3 juillet 2020 dans Science Advances par Clément Ganino (UMR Géoazur) et Guy Libourel (UMR Lagrange), de Université Côte d'Azur, permettent de faire de nouvelles hypothèses sur l’histoire précoce des corps parents des chondrites carbonées.


Voir la publication parue dans Science Advances

Fumarolic-like activity on carbonaceous chondrite parent body

Contacts chercheurs :

clement.ganino@univ-cotedazur.fr

libou@oca.eu